Une journée des Nations Unis pour la lutte contre le commerce illégal des espèces faunique (Elephants et Rhinocéros)

 

La journée des Nations Unis célébrée le 03 Mars à travers le monde, a été marquée par la place accordée à la lutte contre le commerce illégale de la faune.

 

Du fait que cette journée de célébration coïncide avec date de l'adoption de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) en 1973, la communauté internationale a voulu prendre à bras le corps ce fléaux de commerce illégal des espèces sauvages, qui de nos jours est classé le quatrième plus grand fléau dans le monde après la drogue , la contrefaçon et le trafic d'êtres humains, avec des conséquences sur la paix et la sécurité internationales .

 

Le lancement de l’évènement qui a eu lieu à Nairobi au Kenya, a été une occasion pour les organisateurs de passer en revu les grands actes internationaux visant à faire face au phénomène de braconnage et commerce illicite de la faune. Il s’agit de :

 

  • L’adoption récemment par le Conseil de sécurité des Nations Unies de deux résolutions reconnaissant le lien direct entre l'exploitation illégale des animaux sauvages et les conflits en cours en Afrique centrale ;
  •  L’application en 2012, de la loi d’Assistance pour les forêts, qui se veut un consortium de forêts et des initiatives sur le climat qui vise à lutter contre l'exploitation forestière illégale et le crime forestier organisé. Elle est dirigée par le Programme de la criminalité environnementale d'INTERPOL et le centre de collaboration du PNUE en Norvège (GRID-Arendal ) ;
  • Au cours de la 16e Conférence des Parties à la CITES à Bangkok en Mars 2013, environ 170 pays présents se sont accordés pour un meilleur statut de protection à des centaines d'espèces de bois, les tortues et d'autres espèces végétales et animales ;
  • L’approbation d’une motion par le Parlement Européen en Janvier 2014, avec une résolution concernant la criminalité de la faune et des mesures qui la place au même titre que le trafic de la drogue, ce qui a appelé à la mise en place d'un plan d'action contre le commerce illégal de la faune en zone UE,
  • la prise de décision par le gouvernement des États-Unis en Février 2014, de travailler à protéger les espèces emblématiques comme les éléphants et les rhinocéros à travers l’interdiction d'importer, d’exporter ou de revendre aux États-Unis de l'ivoire d'éléphant. ceci dans le cadre d'une stratégie nationale de lutte contre la traite de la faune.
  • A la conférence de Londres sur le commerce illicite de la faune en Février 2014, 46 pays ont adopté une déclaration contenant une série d'engagements  parmi les quelles la  lutte contre la corruption, l'adoption de la législation des sanctions plus sévères contre les braconniers, et de recruter davantage d'agents de l’administration pour l’application de la loi.

 

Cette rencontre de haut niveau a étalé sur la table des efforts à fournir pour maintenir le cap sur la lutte contre le commerce illicite des espèce sauvage, en tenant compte de la diversité des dynamiques socio -économiques , juridiques et commerciales à travers la gamme de transit et des pays consommateurs. Pour cela, il faut :

 

  • La promotion du renforcement des forces de l’ordre, du renforcement des capacités humaines et financières suffisantes, de la sensibilisation du public et de la lutte contre la corruption, ainsi que de soutenir la législation nationale et de réduire la demande pour les produits de la faune qui sont illégalement surexploités ;
  • le développement économique durable, fondé sur les priorités pour garantir à long terme la durabilité des ressources naturelles ;
  • La mise en œuvre des stratégies et des objectifs de biodiversité à l'échelle nationale et internationale comme les « Objectifs d'Aichi » fixés par la Convention, sur son Plan stratégique 2011-2020 de la biodiversité
  • un soutien financier et politique approprié est nécessaire pour garantir l’efficacité de cette lutte.

 

Par ailleurs, il convient de signaler ici, que cet évènement a été l’occasion de présenter les résultats des études réalisées sur la faune et la flore. Il s’agit de :

 

  • Les éléphants dans la poussière
  • Rhinocéros en voie d'extinction
  • singes volés
  • L'exploitation forestière illégale

 

Ces publications pleines de précieuses informations, font un état des lieux de ces différents espèces animales et végétales, avec des projections sur le devenir sur le long terme.

 

Pour plus d’information sur l’évènement, veillez consulter le site : http://www.unep.org/newscentre/Default.aspx?DocumentID=2764&ArticleID=10729&l=en

Autre informations pertinentes :

 

Vous pouvez consulter sur les liens ci-dessous, des informations sur l’hommage rendu au prof Wangari Maathai décédée en 2011 :

 

www.unep.org/newscentre/multimedia/default.asp?cat=int&ct=vid‎

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020