Visionnez notre nouvelle vidéo -UICN

 

 

La disparition des espèces sauvages s’accélère à un rythme sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Les efforts internationaux consacrés à la préservation du monde vivant et à l’utilisation durable des ressources naturelles n’ont pas permis de freiner ce déclin massif. La plupart des engagements internationaux, pris lors de la COP 10 de la Convention sur la diversité biologique (CDB), dits « Objectifs d’Aichi » pour la période 2011-2020, ne seront pas atteints. Selon le dernier rapport de l’IPBES, seuls des changements transformateurs dans les domaines de l’économie, de la société, de la politique et de la technologie permettront d’atteindre les objectifs pour 2030 et au-delà.

 

 

Aujourd’hui, la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 est une nouvelle alerte pour la biodiversité. Elle rappelle les liens étroits entre santé humaine, santé animale et santé des écosystèmes. Car c’est bien une dégradation de l’environnement amplifiée par la globalisation des échanges et des modes de vie, qui accélère l’émergence de virus dangereux pour les populations humaines, par recombinaison entre virus d’espèces différentes.

 

 

C’est aussi l’accroissement des contacts entre hommes et faune sauvage qui favorise la transmission des zoonoses. En cause notamment, la déforestation, mais également le développement des marchés d’animaux sauvages et la consommation de « viande de brousse ».

 

 

Une des réponses à ces enjeux est le contrôle et la régulation des marchés d’animaux sauvages. En ce qui concerne la consommation de viande de brousse, une pratique répandue en Afrique, l’interdiction n’est pas toujours la meilleure réponse. Des actions d’encadrement et de médiation sont souvent préférables et doivent, en tout état de cause, s’accompagner de mesures économiques pour permettre aux populations locales de substituer la viande de brousse à d’autres sources de protéines animales. En effet, la consommation de viande de brousse est liée à des habitudes alimentaires mais vient également répondre aux besoins nutritifs des populations, le plus souvent pauvres, qui n’ont pas d’autres alternatives.

 

 

Face à ces risques, il est donc essentiel de travailler de manière concomitante à l’élimination des causes de la pauvreté et la préservation de la biodiversité. C’est ce que propose l'avant-projet de texte du futur cadre mondial pour la biodiversité post-2020. En effet, il comporte de nouveaux objectifs prenant en compte les besoins économiques des populations, tels que l’utilisation durable et le partage des avantages de la biodiversité.

 

 

Certaines activités économiques, lorsqu’elles se conçoivent en association avec les écosystèmes, non seulement préservent la biodiversité, mais peuvent aussi la restaurer. C’est le cas des filières vertes, qui englobent toutes les activités liées à la collecte, la transformation et la commercialisation des biens et services dérivés de la biodiversité. Elles constituent une piste très prometteuse, permettant à la fois de protéger les écosystèmes et d’améliorer les conditions de vie des populations locales.

 

 

A l’occasion de la journée mondiale de la biodiversité, cette nouvelle vidéo PPI, propose d’illustrer cette question de la conservation de la biodiversité et des liens avec le développement économique local. Elle montre deux témoignages, celui d’Alexis Kaboré (NATUDEV) qui développe des filières durables de miel et de beurre de karité dans le complexe du PONASI au Burkina Faso et celui de Caleb Ofori (Herp Ghana) qui met en place un projet d’écotourisme national dans les montagnes de l’est du Ghana.

 

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020