TRAFFIC : Wildlife TRAPS - Réponse, évaluation et établissement des priorités en matière de lutte contre le commerce des espèces sauvages

 

Wildlife TRAPS : « Protégera la biodiversité mondiale de la menace du commerce illicite des espèces sauvages à travers le renforcement de la base de connaissances, la détermination et de la coopération des gouvernements, des organisations intergouvernementales, du secteur privé et des ONG, dans la lutte contre le trafic des espèces sauvages entre l'Afrique et l'Asie...

 

Quel est le problème ?

 

Au cours de la dernière décennie, une forte augmentation de la demande en ressources naturelles africaines est devenue perceptible en Asie. Le commerce entre la Chine et des pays tels que le Cameroun, la République du Congo, la Guinée équatoriale et le Gabon se chiffre désormais à plus de 160 milliards de dollars USD p/a. L'ampleur des investissements consentis dans les mines, la fabrication, la foresterie et la pêche permet de dynamiser des économies fragiles, de développer les infrastructures et de fournir des opportunités essentielles de progrès significatifs par rapport aux OMD.

 

Néanmoins, des défis majeurs émergent également, notamment la montée rapide du braconnage et du commerce des espèces menacées. L'abattage illégal des espèces terrestres de taille telles que les éléphants et les rhinocéros, et des espèces marines telles les requins et les ormeaux, est désormais à l'origine d'une crise de la conservation. L'Assemblée générale des Nations Unies a exprimé sa préoccupation selon laquelle le phénomène porte préjudice à la souveraineté de l'État et à l’État de droit ; la criminalité faunique est également soupçonnée de favoriser d'autres types de crimes transfrontaliers organisés tels que le trafic de drogues et la traite des humains.

 

L'année dernière, plus de 25 000 éléphants ont été tués à travers l'Afrique et 668 rhinocéros ont été tués en Afrique du Sud seulement – soit une augmentation de 5 000 % par rapport à 2007

 

Ces tendances alarmantes sont principalement dues à la richesse accrue en Asie de l'Est et du Sud-est, où certains consommateurs acquièrent des produits illicites comme stratégie d'investissement, ou pour étaler leur richesse, pour des raisons présumées de santé ou pour consolider ou améliorer leur statut social. Les interventions visant à lutter contre ces facteurs ne seront pas efficaces sans une action internationale urgente pour endiguer l'offre en plein essor.

 

Que va faire Wildlife TRAPS à ce sujet ?

 

Wildlife TRAPS : « Protégera la biodiversité mondiale de la menace du commerce illicite des espèces sauvages à travers le renforcement de la base de connaissances, de la détermination et de la coopération des gouvernements, des organisations intergouvernementales, du secteur privé et des ONG, dans la lutte contre le trafic des espèces sauvages entre l'Afrique et l'Asie »

 

Avec le soutien de l'USAID, sur les trois prochaines années, TRAFFIC, en collaboration avec l'UICN, concevra, développera et établira une série de partenariats et d’approches novateurs pour lutter contre la criminalité faunique entre l'Afrique et l'Asie.

 

L'initiative Wildlife TRAPS visera à accroître la compréhension du caractère et de l'ampleur réels de la réponse internationale nécessaire pour atteindre cet objectif, comme une première étape essentielle à l'établissement des priorités, l'identification des points d'intervention et de test d’approches non traditionnelles.

 

Une approche en trois phases sera adoptée dans le cadre de cette initiative. L'accent sera mis sur :

 

1. Phase I : L’amélioration de la compréhension de la situation et des tendances du commerce illégal des espèces sauvages, en mettant l'accent sur les canaux de commercialisation des espèces menacées entre l'Afrique et l'Asie

 

2. Phase II : L’accroissement de la collaboration internationale autour des actions visant à réduire et à contrôler le commerce illégal des espèces sauvages entre l'Afrique et l'Asie ;

 

3. Phase III : L’identification, l’information et la facilitation des efforts gouvernementaux et intergouvernementaux, des ONG et des collaborateurs du secteur privé touchés par le trafic illégal des espèces sauvages.

 

Certains des principes qui seront utilisées dans Wildlife TRAPS comprendront :

 

Mettre l'accent sur le commerce entre l'Afrique et l'Asie, assurer que Wildlife TRAPS intègre de façon productive les structures et les relations qui combattent déjà la criminalité faunique en Afrique et en Asie

 

• Adopter une approche perspicace/basée sur des faits

• Développer la confiance et faciliter le dialogue entre les acteurs établis, ainsi qu’avec les acteurs moins traditionnels de la conservation

 

Pour de plus amples informations et la source des images, bien vouloir consulter ci-après  le dépliant du projet: ICI

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020