Étude des interactions entre la sécurité et la conservation des espèces sauvages en Afrique subsaharienne Synthèse - europa

 

 

Bien vouloir télécharger le document ci-dessous :

MN0119017FRN.fr.pdf (3.3 Mo)

 

 

Le trafic d’espèces sauvages est un problème majeur et qui s’aggrave. Le marché à l’échelle mondiale est estimé à des dizaines de milliards d’euros et concerne des centaines de millions de spécimens de plantes et d’animaux. Ce trafic menace la survie d’espèces emblématiques telles que les éléphants, les rhinocéros et les tigres, mais aussi des milliers d’autres espèces de mammifères, reptiles et oiseaux moins connus.

 

 

La pêche illicite, non réglementée et non déclarée a des effets dévastateurs sur les stocks halieutiques et sur les moyens de subsistance des communautés côtières. Les trafiquants n’ont pas grand-chose à craindre, car de nombreux pays ne disposent pas de lois ou de sanctions adéquates pour les punir.

 

 

 Outre les impacts écologiques directs de la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts, il est de plus en plus évident que la corruption qui permet à ces crimes de prospérer alimente une spirale qui mine l’État de droit, favorise d’autres activités criminelles et accroît l’insécurité. Toutefois, notre compréhension des liens précis entre trafic d’espèces sauvages et insécurité demeure incomplète, en particulier s’agissant de l’implication des groupes insurgés armés et des groupes terroristes.

 

 

Cette étude rassemble des informations solides en provenance de plus de 20 sites marins et terrestres d’Afrique subsaharienne et met en lumière la nature et l’envergure des liens entre la sécurité, y compris au sens socio-économique du terme, et la faune (protection des espèces et des écosystèmes ; interactions entre les hommes et la nature ; trafic).

 

 

A ce titre, elle contribue directement aux objectifs du plan d’action de l’UE contre le trafic d’espèces sauvages adopté en de 2016. Elle permettra à l’UE, en tant que contributeur majeur à l’aide au développement dédiée à la biodiversité en Afrique, de s’engager dans un dialogue politique bien informé sur les liens entre conservation des espèces sauvages et sécurité, et de définir des réponses et programmes efficaces afin de renforcer les bénéfices mutuels entre la protection de la faune, d’une part, et la sécurité et le bien-être des communautés qui vivent au sein et autour des principaux habitats et paysages, d’autre part.

 

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger le document ci-dessous :

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020