Le sommet Franco-africain face au braconnage des Eléphants et des Rhinocéros

 

Bien vouloir télécharger la Déclaration finale de la Table ronde de Haut Niveau

Le sommet Franco-africain qui s’est tenu à Paris du 6 au 7 Décembre 2013 sur la Paix et la Sécurité en Afrique, a mobilisé près de 53 délégations de pays africains et la France, ainsi que les représentants des Nations Unies, de l'Union Africaine, de l'Union Européenne, du Fonds Monétaire International, de la Banque Mondiale et de la Banque Africaine de Développement. Ces derniers ont débattu sur les épineux problèmes de la paix et de la sécurité en Afrique, sur le partenariat économique et le développement et sur le changement climatique.

 

La veille de cette rencontre de haut niveau entre la France et l’Afrique a été marquée par la tenue d’une table ronde sur«la lutte contre le braconnage et le trafic des espèces menacées. Ce side-event est venu donner le ton à ce sommet des chefs d’état avec l’adoptiond’une déclaration appelée « déclaration de Paris », où les pays signataires se sont engagés « à agir sans délai et de manière résolue » contre le braconnage et le trafic des espèces fauniques.

 

Il convient de signaler ici que cette table ronde s’est tenu dans un contexte où le trafic d’ivoire et de corne de rhinocéros a atteins la vitesse de croisière sur le continent africain. En effet, 20 000 environ disparaissent chaque année, et d’après certaines études réalisées, le taux d’éléphants braconnés est de (7,4%) à l’échelle du continent est désormais supérieur au taux de renouvellement naturel de l’espèce (5 à 6%). ce malgré le moratoire sur le commerce de l’ivoire adopté en 1989. A ce rythme on avance irréversiblement à l’extinction des éléphants.

 

Actuellement cette activité mine la stabilité de plusieurs Etats et de ce fait, le braconnage ne devrait plus être traité comme une simple menace pour la biodiversité mais traité au même titre que le terrorisme, car des enquêtes réalisées sur le terrain et porté à l’attention de la communauté internationale, établies clairement le lien entre le trafic des ivoires et le financement des groupes armés dans les pays en guerre.

 

Face à ce fléau, les pays africains présents à cette rencontre reconnaissent que la lutte contre le braconnage ne peut en effet être efficace que si elle est intégrée dans les politiques de développement durable appuyées par les institutions internationales et les grands bailleurs de fonds, avec la mise en œuvre de la déclaration de Marrakech (adoptée le 30 mai 2013) ainsi qu'aux conclusions politiques et opérationnelles du sommet international de Gaborone (3-4 décembre 2013).

 

La France, pour matérialiser son engagement dans cette lutte, a procédé à la création d’un plan national d’action de : « Lutte contre le braconnage d’éléphants et contre le trafic d’ivoire et d’autres espèces protégées ». Ce plan prévoit entre autres :

 

  • une augmentation des amendes ( par exemple, passage de 150 000 à 750 000 euros en cas de trafic en bande organisée)
  • un renforcement des pouvoirs des officiers de police judiciaire (OPJ), avec l’élargissement des techniques d’enquête.
  • des instructions spéciales pour les procureurs sur la lutte contre le trafic des espèces protégées afin de professionnaliser le traitement des affaires de trafic illicite en ayant recours aux juridictions interrégionales spécialisées (JIRS).
  • etc .

 

Elle compte aussi bruler son stock d'ivoire  illégale en marge du sommet de Londres des 12 et 13 février à Londres -

 

Et très récemment, la France a octroyé une enveloppe de 10 Million d’Euro au Gabon dans la lutte contre le braconnage, ce qui traduit la ferme volonté de Paris à lutter contre la criminalité de la faune et une invitation à d’autre pays et institutions internationales à faire comme elle, pour sauver les derniers éléphants en Afrique.

 

La déclaration de Paris et les articles similaires peuvent être consultés ici :

 

Déclaration finale du Sommet de l’Élysée pour la paix et la sécurité en Afrique

 

Video - Trafic et braconnage des espèces menacées

Video : Lutte contre le trafic et le braconnage des espèces menacées : les États africains et la France s’engagent 

 

Lutte contre le trafic et le braconnage des espèces menacées : les États africains et la France s'engagent

 C'EST PAS DU VENT: 2 - Les chefs d'Etat africains s'engagent dans la lutte contre le braconnage

 

Pour lutter contre le braconnage, la France va brûler son stock d'ivoire

Table ronde sur le braconnage : Ali Bongo Ondimba se prononce et propose

Les États africains et la France s’engagent pour lutter contre le trafic et le braconnage des espèces menacées

 

Les autres liens disponibles :

-        http://www.nostalgieguinee.net/actualite/politique-1/samedi-07-decembre-2013-declaration-finale-du-sommet-de-l-elysee-pour-la-paix-et-la-securite-en-afrique-1004.html

-        http://www.actuniger.com/societe/7586-sommet-afrique-france-declaration-finale-issue-du-sommet-de-l-elysee-pour-la-paix-et-la-securite-en-afrique.html

-        http://www.rtb.bf/infos/article/la-declaration-finale-du-sommet-de

-        http://www.lnr-dz.com/index.php?page=details&id=29885

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020