SEEAC: Evolution des systèmes d’étude d’impact sur l’environnement en Afrique centrale : Rôle des associations nationales de professionnels

 

Le document disponible en téléchargement sur le lien ci-après: Evolution des systèmes d’étude d’impact sur l’environnement en Afrique centrale : Rôle des associations nationales de professionnels

 

…des analyses et conclusions du présent ouvrage collectif, les chantiers nécessaires pour y parvenir, sont autant de points de rencontre possibles entre le SEEAC et toutes les autres parties prenantes qui contribuent au développement durable, d’où la nécessité de mutualiser les moyens autour de la promotion de l’Évaluation Environnementale, tant au niveau national que sous-régional…

 

 

Avant-Propos

 

Pour une mutualisation des efforts de promotion de l’évaluation environnementale en Afrique centrale.

 

L’Evaluation environnementale pourrait se définir comme l’ensemble des processus qui visent l’intégration des aspects liés à l’environnement naturel et humain dans la prise des décisions relatives à la conception, la planification, la mise en oeuvre et le suivi des interventions en vue d’un développement équilibré et durable. La forme de l’évaluation environnementale la plus connue en Afrique centrale reste l’Etude d’Impacts sur l’Environnement (EIE) qui s’applique aux projets en cours d’instruction. De plus en plus, il est fait recours aux audits environnementaux qui concernent les projets déjà en exécution et aux Évaluations Environnementales dites Stratégiques (EES) qui couvrent les politiques, plans ou programmes.

 

Incontestablement, l’évaluation environnementale apparaît comme un des principaux leviers concrets dont disposent les acteurs du développement durable pour contribuer à l’intégration des aspects relatifs à la gouvernance et de la durabilité dans les processus de développement des pays de l’Afrique centrale. En effet, c’est un outil :

 

1-intégré explicitement par la plupart des conventions internationales et accords multilatéraux relatifs à la gestion des ressources naturelles et de l’environnement ;

2-accepté et prescrit par le cadre juridique de la quasi-totalité des pays et les procédures des partenaires au développement de l’Afrique centrale ;

3-qui fait l’objet d’arrangements institutionnels spécifiques et prône, notamment, l’implication des parties prenantes, dont des populations et les organisations de la Société Civiles (OSC), dans la prise des décisions.

 

Toutefois, et en dépit de son potentiel reconnu, son effectivité dans les pays de l’Afrique centrale, bien qu’en amélioration, reste relativement faible à cause d’une multitude de contraintes qu’il importe de lever. Le Secrétariat pour l’Evaluation Environnementale en Afrique Centrale (SEEAC) qui se veut être un regroupement des associations nationales pour l’évaluation environnementale, et un espace neutre d’échanges scientifiques et professionnels, est une des réponses des professionnels des pays de l’Afrique centrale à cet égard. En outre, et tel qu’il ressort des analyses et conclusions du présent ouvrage collectif, les chantiers nécessaires pour y parvenir, sont autant de points de rencontre possibles entre le SEEAC et toutes les autres parties prenantes qui contribuent au développement durable, d’où la nécessité de mutualiser les moyens autour de la promotion de l’Évaluation Environnementale, tant au niveau national que sous-régional.

En partant de l’exemple de quelques pays et du Projet d’Appui aux Associations Nationales pour l’Evaluation Environnementale d’Afrique Centrale (PAANEEAC), cet ouvrage voudrait se positionner comme la première édition d’une plateforme qui rendra compte de l’évolution des systèmes d’EIE des pays de l’Afrique centrale à l’aune des efforts consentis par les uns et les autres.

Voilà, parmi tant d’autres, un champ d’application, qui pourrait cristalliser notre solidarité en faveur de la promotion de l’évaluation environnementale en Afrique centrale, auquel nous sommes tous conviés.

 

Dieudonné Bitondo, Ir, PhD.

Secrétaire Exécutif du SEEAC

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020