Les autorités traditionnelles de la RDC s’impliquent pour la bonne gouvernance dans la gestion des ressources naturelles.

 

11 chefs traditionnels, influant autour des Aires Protégées (APs) de 4 Provinces de la RDC (Kinshasa, Katanga, Sud-Kivu, Orientale), se sont réunis à Lubumbashi du 22 au 25 Septembre 2013. En effet, ils avaient été conviés par l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) à participer au 2ème atelier de réseautage ICCN organisé avec le soutien de la coopération allemande et du programme « biodiversités et forêts » (PBF). Leur présence s’inscrivant dans le processus de révision de la Stratégie de Conservation Communautaire (SCoCo, 2007-2011) afin d’évaluer et de consolider leurs participations dans la conservation des ressources naturelles des espaces coutumiers et classés qui sont sous leurs mandats. Cela en lien avec le bien-être des populations dont ils sont riverains.

 

Ces majestés ont de prime abord, relevé un certain nombre de problèmes qui minent les APs de leurs zones. A ce sujet, les principaux évoqués sont : i). la gestion caporaliste des aires protégées par l’administration en charge et spécifiquement les agents non-immatriculés (dites Nouvelles Unités – NU), qui n’ont aucune reconnaissance ni mandat légaux ; ii). La non matérialisation des  limites externes des aires protégées ; iii). La recrudescence du grand braconnage dans les APs perpétré par de nombreuses couches de la société dont les agents NU de l’ICCN ; iv). Les conflits entre les animaux et les hommes ; et v). Le manque d’infrastructures pour les services sociaux élémentaires. Ainsi, sur la base des problèmes rencontrés, ces derniers ont évoqué leurs visions de la gestion des ressources naturelles en formulant un certains nombres d’attentes dont l’essentiel est formulé en terme de : i). Impliquer les chefs traditionnelles qui sont des auxiliaires de l’état dans la gestion des aires protégées, ce sont les premiers conservateurs et à ce sujet, certains d’entre eux ont été directement formés à l’issu de cet atelier sur les Lois de la conservation de la nature en RDC ; ii). Ils souhaitent aussi bénéficier des appuis techniques, matériels et financiers pour l’efficacité de leurs implications, notamment pour sensibiliser et informer les autorités politico-administratives provinciales et locales, mais aussi participer à la surveillance et à la définition de Plans de Développement Locaux. Ces derniers passent par la structuration de leurs communautés et le zonage des terroirs. Ainsi, à partir de cette vision cadre du développement des entités dont la gestion est traditionnellement représentée par les chefs coutumiers, les divers acteurs de développement, qu’ils soient ONG ou étatique (dont l’ICCN et les APs), ainsi que tous bailleurs (privés, coopérations multi et bilatérales) pourront orienter leurs appuis en fonction des besoins identifiés, planifiés et budgétisés. Au terme de cette rencontre importante et très appréciée de tous,, ces chefs traditionnels  ont voulu encourager leurs populations et les autorités compétences par le bon exemple. Ainsi, ils ont signés un acte d’engagement signifiant leurs implication dans la mise en place des structures participatives de cogestion décrits dans la SCoCo (Comité de Conservation Communautaire et Conseil de Gestion de Conservation Communautaire), qui sont les plateformes reconnues  d’organisation du développement et de la conservation de la naturel des APs et de leurs zones tampons en RDC.

 

Ces recommandations ne sont déjà pas restées lettres mortes, et l’ICCN avec son partenaire PBF, a soutenu une série de restitution-vulgarisation de cet engagement au niveau des populations locales par les chefs traditionnels présents à l’atelier. Ainsi, pour les Provinces du Sud-Kivu (Domaine de Chasse de Lwama-Kivu et Réserve Naturelle d’Itombwe) et pour Kinshasa (Domaine de Chasse de Bombo Lomene) des réunions se sont déjà tenues, et seront multipliées en cette fin d’année avec les autres communautés des sites des Parcs Nationaux de Kahuzi-Biega, des Kundelungu, d’Upemba, et de la Lomami.   

 

Le rapport de cet atelier de réseautage et l’acte d’engagement des chefs traditionnels sont à élécharger ci-dessous

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2022

Aucune actualité disponible.