IUCN : Comment savoir si la restauration du paysage forestier a été réalisée ?

 

 

L’une des principales raisons de la restauration d’un paysage est de fournir les services écosystémiques de manière à rendre l'écosystème fonctionnel et productif tout en répondant aux besoins de ceux qui dépendent du paysage. Il peut y avoir quelques indicateurs communs des efforts de restauration qui s'appliquent à un large éventail de besoins et de résultats. Un article récent intitulé “Measuring progress in status of land under forest landscape restoration using abiotic and biotic indicators” (Mesurer le progrès de l’état des terres dans le cadre de la restauration des paysages forestiers à l’aide d’indicateurs abiotiques et biotiques), publié par la revue Restoration Ecology, examine cette question plus en profondeur.

 

 

Qu’est-ce qui détermine le succès ou l’échec des efforts de restauration du paysage forestier (RPF) ? Cette question devient de plus en plus importante à mesure que la dynamique politique et financière de la restauration continue de croître et que les gouvernements s’engagent à restaurer des millions d'hectares. Un paysage restauré semble intrinsèquement différent en fonction de toute une série de facteurs trop innombrables à énumérer. Peu importe les différences, la RPF doit fournir les services écosystémiques qu'elle prétend améliorer. Des méthodes de surveillance rigoureuses sont essentielles et, comme pour de nombreux projets, la clé du suivi de la restauration consiste à choisir et à examiner les réussites individuelles par rapport à un ensemble de résultats préétablis. L’article récent de Dudley et al.  (2018) dans Restoration Ecology établit que :

 

 

 « Les systèmes de surveillance efficaces de la restauration doivent tenir compte de trois éléments clés : (1) les facteurs qui ont causé la dégradation (le statut) ; (2) les changements sur l’écosystème pendant la restauration (les résultats) et (3) les mesures prises par le projet de restauration (les sorties). »

 

 

Cet article se concentre spécifiquement sur la partie des résultats de ces éléments clés dans le but ultime d’identifier les changements dans l'écosystème qui restaurent un certain niveau de leurs services. Cependant, avant que les changements à l'écosystème puissent être validés, des indicateurs individuels doivent être identifiés et des systèmes doivent être mis en place pour permettre leur évaluation. Le choix des indicateurs et la méthode de mesure dépendent de nombreuses variables, y compris les capacités techniques, les finances, les objectifs spécifiques, entre tant d'autres. Les indicateurs sont subdivisés en deux catégories : abiotiques et biotiques.

 

 

L’article examine les indicateurs abiotiques (pensez au profil du sol, à la quantité ou à la qualité de l’eau ou à la contamination) et aux indicateurs biotiques (pensez à une couverture de sol solide, pollinisateurs, espèces indigènes). Ces indicateurs de seuil doivent finalement être choisis pour leur adéquation au paysage et pour une variété d'autres raisons (capacité technique, objectifs d'espèces clés, exigences du projet, implications culturelles, etc.). Cependant, les auteurs proposent une liste minimale d'indicateurs de seuil pour les facteurs biotiques et abiotiques.

 

 

En savoir plus....

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2021

Aucune actualité disponible.