Les pays africains s'accordent pour déterminer un prix aux ressources naturelles

 

Par Ola Al-Ghazawy and Aisling Irwin - Disponible dans www.scidev.net  -   Le Réseau Sciences et Développement / Actualités, opinions et informations sur la science, la technologie et les pays en développement . En savoir …

 

Avec l’engagement pris le mois dernier par dix pays du continent, l’Afrique a pris les devants pour persuader les Etats de prendre en compte la valeur économique réelle des ressources naturelles dans les comptes nationaux.



Les chefs d’Etat et de gouvernement du Botswana, du Libéria, du Mozambique et de la Namibie, accompagnés de ministres du Gabon, du Ghana, du Kenya, du Rwanda, d’Afrique du Sud et de la Tanzanie, ont signé la ‘Déclaration de Gaborone’ lors du Sommet sur la viabilité en Afrique (24-25 mai), organisé conjointement par le Botswana et l’organisation non gouvernementale Conservation International.



Les pays signataires de la Déclaration s’engagent à intégrer la valeur réelle des forêts, des récifs coralliens, des savanes et d’autres ressources et écosystèmes naturels dans la planification des Etats et des entreprises, et dans leurs politiques d’élaboration des comptes nationaux. Ces pays ont convenu d’établir chaque année un rapport sur les progrès accomplis.



Le but est de présenter d’un point de vue financier les avantages ‘invisibles’ qu’offrent les ressources et écosystèmes naturels, les services de pollinisation par les abeilles, on encore la purification de l’eau par les forêts, permettant ainsi aux décideurs de prendre en compte les coûts et avantages de la conservation ou de la destruction de ces ressources.



La Déclaration reconnaît aussi que le continent n’a pu concrétiser le développement durable au cours des vingt dernières années.


Le Président du Botswana, Seretse Khama Ian Khama, a déclaré lors du sommet qu’ “[il mettait] au défi tous les autres pays, qu’ils soient développés ou en voie de développement, ainsi que les secteurs public et privé, de suivre cet exemple ».


Plus valables ‘mortes que vivantes’



Lors du sommet, l’on a appris que la comptabilité des ressources naturelles pouvait aider les pays à prendre en compte la valeur financière réelle d’une ressource dans leur comptabilité nationale, ce qui guiderait les décisions relatives à sa conservation ou à sa destruction.



S’agissant du commerce du bois brut, par exemple, les coûts pour les pays en termes d’érosion du sol, de qualité de l’eau et de perturbation des bassins hydrographiques dus à la déforestation seront également pris en compte.



Ellen Johnson Sirleaf, présidente du Libéria, estime que tant que ces services écosystémiques ne seront pas répercutés dans les comptes nationaux, les forêts « auront plus de valeur mortes que vivantes ».



Lors de la réunion, Rachel Kyte, vice-présidente de la Banque mondiale pour le développement durable, a cité l’exemple de la Thaïlande où, selon les calculs, un hectare de mangrove assure la protection contre des inondations dont les dégâts éventuels coûteraient 16.000 dollars. Ce chiffre peut permettre de décider s’il vaut la peine de la détruire pour du bois d’une valeur de 850 dollars ou gagner 9.000 dollars en la transformant en ferme d’élevage de crevettes.



Le Partenariat mondial pour la comptabilisation des richesses naturelles et la valorisation des services écosystémiques (Wealth Accounting and Valuation of Ecosystem Services ou WAVES), renforce les capacités des pays comme le Botswana, la Colombie, le Costa Rica, Madagascar ou les Philippines pour leur permettre de mettre en œuvre cette comptabilisation du capital naturel.



WAVES utilise le Système de comptabilité environnementale et économique intégrée des Nations Unies, une méthode internationalement adoptée pour calculer la valeur économique des ressources naturelles « matérielles » comme le bois, et travaille à l’élaboration d’une méthode internationalement acceptable pour la comptabilisation des services écosystémiques comme la pollinisation.

 

En savoir plus...

 

Bien vouloir télécharger:

 

Lien vers la Déclaration de Gaborone [322kB]

Lien vers le rapport ‘Une croissance verte et solidaire’ de la Banque mondiale

Lien vers le rapport, ‘Au-delà du PIB’ de la Banque mondiale [11.5MB]

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2021

Aucune actualité disponible.