La mesure du développement : comment science et politique se conjuguent

La mesure du développement pose de multiples questions. Certaines, d’ordre technique, ont trait aux aspects méthodologiques de la production des données, au choix des indicateurs, aux biais éventuels. D’autres, plus politiques, concernent l’usage de ces données. Sous la direction de chercheurs du Cirad et de l’université Paris 1, la Revue Tiers-Monde publie un ensemble d’articles qui s’intéressent à l’articulation entre science et politique dans la mesure du développement et propose une réflexion sur la construction des chiffres et des normes.

 

Extrait de l'article :

 

La mise en perspective historique de la mesure du développement montre le lien direct entre l’émergence des mesures, d’une part, et les paradigmes et représentations du développement, d’autre part. Les indicateurs ne sont pas mobilisés par hasard, ils s’inscrivent dans des courants de pensée dominants et sont au service de politiques de développement et de coopération.

Des indicateurs au service des politiques de développement et de coopération

La primauté de la comptabilité nationale dans les années 1950 et 1960 permet au PIB de s’imposer comme l’indicateur incontournable qu’il ne cessera d’être jusqu’à aujourd’hui.

L’émergence des préoccupations sociales des années 1970 provoque l’apparition d’indicateurs sociaux dans le domaine de la santé, de l’éducation et de l’accès aux services de base. Le règne sans partage de l’ajustement structurel dans les années 1980 marginalise rapidement ces indicateurs au profit d’indicateurs macroéconomiques et financiers.

Les années 1990 et 2000 se caractérisent comme une période postajustement aux multiples facettes, où la multiplicité des thèmes donne lieu à un foisonnement des indicateurs propres à renseigner chacun de ceux-ci. Les indicateurs de pauvreté côtoient ainsi les indicateurs de développement durable ; les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) deviennent incontournables au point de s’ériger en norme internationale. La crise financière initiée en 2007 fait émerger de nouveaux acteurs porteurs d’une vision restrictive du développement, financière et de court terme.

Des choix techniques, une construction idéologique

La prolifération des données et la multiplication des indicateurs s’accompagnent d’une technicisation marquée dans la construction de la mesure, ainsi que d’une sophistication des méthodes statistiques.

Cette plongée dans la technique prend trop souvent le pas sur le nécessaire regard critique vis-à-vis de la validité des données recueillies et de leur usage politique. La mesure du développement est pourtant tout sauf neutre : elle repose sur des choix, certes techniques au premier abord, mais dont les fondements dépendent de la conception de la société et des objectifs que lui assignent ceux qui élaborent ces indicateurs.

La mesure du développement, un outil de choix et d’évaluation des politiques

La transparence de la production de la mesure, condition essentielle de tout fonctionnement démocratique de la société, est loin d’être atteinte : les acteurs du développement, publics ou privés, sont tentés d’utiliser la mesure pour présenter une image positive d’eux-mêmes, qu’il s’agisse d’annoncer, pour les dirigeants chinois, une croissance à deux chiffres du PIB ou, pour d’autres acteurs, un pourcentage élevé d’aide au développement.

Par ailleurs, le choix des indicateurs influence fortement le choix des politiques et leur évaluation. Cette influence est source de très nombreux biais qu’il convient d’identifier pour ne pas laisser la place à l’arbitraire sous couvert d’objectivité technique.

Les processus d’évaluation eux-mêmes sont l’objet de négociation entre les acteurs du développement, y compris dans le cas où est imposé par l’acteur dominant un type de processus d’évaluation qui, de par sa maîtrise de ce savoir, renforce sa domination.

 

Lire l'article complet dans l'espace "Résultats de recherche"

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2021

Aucune actualité disponible.