Actualité sécuritaire du gouvernement : Décimer des animaux pour acheter des armes : Poser les jalons en vue de solutions concertées au braconnage et au crime contre la faune

 

Le Stimson Center, un groupe de réflexion basé à Washington, DC a publié un rapport intitulé « Décimer des animaux pour acheter des armes : Poser les jalons en vue de solutions concertées au braconnage et au crime contre la faune » Ce rapport qui porte sur des questions de sécurité nationale, le financement du terrorisme par le braconnage, etc. est disponible au lien ci-après : Killing Animals, Buying Arms: Setting the Stage for Collaborative Solutions to Poaching + Wildlife Crime.Killing Animals, Buying Arms: Setting the Stage for Collaborative Solutions to Poaching + Wildlife Crime.

 

 

 

 

Les gouvernements à travers le monde devraient travailler en collaboration avec leurs pairs, les organisations à but non lucratif, les résidents locaux et le secteur privé afin de réduire le braconnage et les crimes commis contre la faune dont les revenus estimés à 19 milliards de dollars chaque année alimentent les terroristes et autres criminels, selon un rapport du Stimson Center, un groupe de réflexion basé à Washington, DC.

 

Selon le rapport « Décimer les animaux pour acheter des armes : Poser les jalons en vue de solutions concertées au braconnage et au crime faunique », un rôle accru des organisations de défense et de sécurité, les entrepreneurs de défense et les entreprise de technologie pourraient également être particulièrement efficace comme solution au problème.

 

Le commerce illégal des espèces sauvages est plus répandu que le trafic illicite des armes légères, des diamants, de l'or et du pétrole, indique ce même rapport. Quarante pour cent du financement de différentes opérations terroristes proviendrait de la participation au commerce mondial des espèces sauvages, ajoute le rapport.

 

« Les crimes fauniques ne constituent plus seulement un défi pour la conservation, la biodiversité et le développement. Le braconnage est – autant que le commerce illégal des armes, de la drogue et des produits de contrefaçon – une menace grave contre la sécurité et le développement économique aux doubles plans national et international, » souligne le rapport.

 

Les éléphants et les rhinos payent le plus lourd tribut du braconnage. En 2012 et 2013, près de 60 000 éléphants et 1 650 rhinos ont été décimés, selon le rapport. Dans un pays, le Kenya, la population des rhinocéros noirs a chuté de 20 000 dans les années 1970 à environ 650 seulement aujourd’hui. Les abattages illégaux sont fortement rentables, affirme le rapport. Les trompes et les cornes sont très souvent utilisées comme ingrédients dans des produits de médecine traditionnelle et pour produire des objets d’art et des articles de consommation de luxe.

 

La lutte contre le braconnage et les crimes fauniques est principalement menée par des groupes de protection de l’environnement et de promotion du développement, déclare Johan Bergenas, auteur du rapport et directeur adjoint de l’Initiative Managing Across Boundaries chez Stimson. Mais selon lui, cette lutte serait de loin plus efficace si elle pouvait bénéficier de l’assistance et du partenariat d’organisations de sécurité et de maintien de l’ordre à travers le monde. « Si nous pouvions combiner le savoir-faire, la capacité et les ressources des organisations de conservation, qu’elles soient publiques ou privées, avec les ressources de sécurité et de développement, nous aurions un réel multiplicateur de force. »

 

Le rapport recommande également davantage de partenariats public-privé qui utilisent des technologies de pointe pour réduire l’ampleur des crimes fauniques. Ces technologies pourraient comprendre des capteurs, des radars et des drones, associés à une meilleure formation des responsables de parcs et de la sécurité. Un grand nombre de sociétés IT peuvent grandement bénéficier du marché de la protection de la faune, précise Bergenas. De telles initiatives technologiques existent déjà et avec le temps, beaucoup prendront de l’ampleur.

 

L’article complet est disponible sur le site officiel de Gouvernement Security News au lien ci-après : John Wagley sous le titre : Report: Cutting Poaching and Other Wildlife Crimes Will Squeeze Terrorist Funds

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020