L’empreinte de la Chine sur les forêts : il est temps d’agir - FERN

 

 

Christian Mounzéo et Essylot C. Lubala se penchent sur les nouvelles dispositions de la loi forestière chinoise et leur impact dans les pays forestiers comme ceux du bassin du Congo.

 

 

À première vue, en ajoutant une interdiction d’acheter du bois d’origine illégale, le projet de modification de la loi forestière chinoise semble être un pas en avant important pour le climat et l’environnement. Mais il est à craindre que l’appétit vorace de la Chine pour le bois ne continue de détruire les forêts ailleurs – en raison de son approche clientéliste des affaires qui aggrave la corruption, comme en Afrique par exemple.

 

 

La loi amendée interdirait désormais l’achat, l’exploitation ou le transport de bois récolté de façon illégale. Cependant, cette dernière ne précise pas quelle sera la portée de cette interdiction frappant le bois illégal et si les mesures proposées compléteront des législations similaires ailleurs notamment les exigences du plan d’action FLEGT de l’Union européenne. Une version finale est attendue avant la COP15 de la Convention sur la biodiversité en fin d’année (actuellement reportée) ; beaucoup dépendra également de son application pratique et de sa mise en vigueur.

 

 

Le décollage économique spectaculaire de la Chine a accru sa demande en bois dont elle est devenue le premier importateur au monde. Les pays producteurs de bois du bassin du Congo, par exemple, exportent la majorité de leur production vers la Chine, et la plupart des grumes prélevées en Afrique sont commercialisées par des entreprises chinoises. La Chine est également le plus grand exportateur de produits dérivés du bois, destinés en grande partie au marché de l’UE.

 

 

    Ces actions ont un impact au-delà du bassin du Congo. L’exploitation forestière illégale est la principale cause de dégradation des forêts dans le monde ; elle contribue aussi au réchauffement climatique. L’abattage illégal d'arbres menace la biodiversité et entraîne la perte de moyens de subsistance et de terres pour les communautés locales.

 

 

Les défenseurs de l’environnement affirment que la Chine a simplement transféré l’exploitation forestière du pays vers l’étranger, au détriment des forêts et des moyens de subsistance locaux.

 

 

Il n’est donc pas surprenant que des militants de la société civile en République démocratique du Congo (RDC) aient protesté contre l’octroi récent par le gouvernement congolais de neuf concessions forestières à deux entreprises chinoises. Le ministre congolais du développement durable et de l’environnement a déclaré qu’il s’agissait d’une simple cession de concessions existantes à de nouvelles entreprises.

 

 

La société civile demande cependant que les permis soient annulés. Ils ont établi que cette décision enfreint le moratoire de 2002 sur l’exploitation forestière industrielle, adopté pour protéger les forêts qui couvrent plus de la moitié du territoire de la RDC, et que les explications du ministre sont infondées.

 

 

En 2018, l’attribution de nouvelles concessions forestières avait suscité un tollé sur leur légalité en raison du moratoire et de l’adoption de nouvelles procédures d’octroi. « Il est important que l’histoire ne se répète pas » a souligné Essylot Lubala de l’Observatoire de la Gouvernance Forestière en RDC.

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020