Traffic : Un nouveau rapport de TRAFFIC lève le voile sur les marchés d’ivoire en Afrique centrale.

 

Bien vouloir télécharger le rapport ci-dessous:

Ivory-Markets-Central-Africa-Report_FINAL(1).pdf (6.7 Mo)

 

 

Yaoundé, Cameroun, 7 septembre 2017–TRAFFIC publie aujourd’hui la première étude complète sur le commerce illégal d’ivoire dans cinq pays d’Afrique centrale depuis près de 20 ans. Selon ce rapport, trois facteurs compromettent gravement la lutte contre le trafic d'ivoire en Afrique centrale : la faible gouvernance, la corruption et de l’évolution changeante du commerce.  

 

 

Le rapport présente les résultats des enquêtes de terrain réalisées sur les marchés d'ivoire dans les principales villes de cinq pays d'Afrique centrale (Cameroun, République centrafricaine (RCA), Congo, République démocratique du Congo (RDC) et Gabon) en 2007, 2009, 2014/2015. Les enquêteurs se sont fait passer pour des acheteurs sur les marchés et les ateliers d'ivoire, identifiés récemment et connus dans tout le bassin du Congo, et ont interviewé toutes les personnes qu’ils ont rencontrées et étant liées à l’industrie de l’ivoire. De plus, des discussions ont eu lieu ouvertement avec les principales parties prenantes, y compris des représentants des gouvernements des cinq pays.

 



Au cours des dernières années, l'Afrique centrale a été l'une des principales sources d'approvisionnement illégal en ivoire du commerce national d’ivoire non réglementé dans toute l'Afrique de l'Ouest et centrale, et dans les destinations étrangères, en particulier en Asie. Le rapport révèle que, dans cette sous-région, les marchés domestiques ouverts d’ivoire disparaissent principalement en raison des efforts d'application de la loi et de la concurrence avec les réseaux criminels souterrains A sa place, un commerce international sophistiqué s’installe, favorisé par un haut niveau de corruption et une faible gouvernance.

 

 

Corruption, collusion et faible pression politique

Si la législation actuelle interdit le commerce domestique de l'ivoire dans tous les pays d’Afrique centrale à l’exception du Cameroun, le rapport relate cependant que « l'interprétation de la loi dans chaque pays est vague et ambiguë, non seulement par les autorités chargées de l'application de la loi, mais aussi par de nombreux autres acteurs (...) et que son application est entravée par la corruption, impliquant souvent des responsables gouvernementaux, des ressources humaines et financières insuffisantes, une mauvaise gestion et un manque de volonté politique ».  

 



En RDC, un commerçant d'ivoire interrogé a prétendu avoir un proche dans l'armée qui lui a fourni de l'ivoire brut. Il a également affirmé que les principaux fournisseurs sont des responsables gouvernementaux et, dans certains cas, des gardiens de la paix de l'ONU, qui ont la possibilité de se déplacer fréquemment dans le pays.

 

 

Toujours en RDC, les chercheurs ont enregistré des déclarations bien informées selon lesquelles les FARDC, l'armée officielle du pays, étaient l'un des principaux groupes responsables du braconnage des éléphants dans le parc national des Virunga. L'ivoire serait exporté par les « forces  démocratiques de libération de Rwanda » (FDLR) non étatiques, à qui l'armée vendrait des armes et du matériel militaire.

 

 

Les marchés ouverts à la vente d’ivoire deviennent souterrains

Tout au long de l'enquête, les études ont montré que les marchés ouverts à la vente illégale d’ivoire dans la sous-région disparaissaient ou deviennent souterrains, souvent face à la pression croissante des autorités qui mènent des opérations fréquentes d'application de la loi. Les enquêteurs de TRAFFIC ont enregistré moins de 1 kg de produits en ivoire exposés publiquement en2014/2015 en RCA, au Congo, au Gabon et au Cameroun, contre environ 400 kg en 2007 et plus de 900 kg en 1999 parmi les quatre pays.

 



Le marché de l'ivoire à Kinshasa, en RDC, reste la seule exception, avec plus de 400 kg de produits en ivoire enregistrés en 2015. Cependant, la RDC s'est récemment engagée à renforcer l'application de la loi contre le marché illégal de l'ivoire à Kinshasa, une étape importante soutenue par TRAFFIC et le WWF.



L’étude révèle également une évolution des groupes d’acheteurs d’ivoire travaillé: les acheteurs chinois ont remplacé les expatriés et les touristes européens, qui étaient auparavant les principaux acheteurs. En 2014-2015, 80% des acheteurs internationaux étaient asiatiques, en particulier Chinois, mais aussi Malaisiens et Vietnamiens. Dans les études antérieures, en 2007 et 2009, d'autres nationalités ont été plus régulièrement mentionnées comme acheteurs, y compris les Français, Japonais, Coréens, Libanais, Portugais, Russes, Espagnols et Américains. Les commerçants de l'Afrique de l'Ouest ont également été mentionnés comme des acheteurs secondaires, achetant de l'ivoire brut et travaillé pour approvisionner les marchés de l'Afrique de l'Ouest et internationaux.

Renforcement des réseaux criminels internationaux

 

En savoir plus…

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger le rapport ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020