Traffic-Nouveau rapport: le rôle des peuples autochtones et des communautés locales dans la lutte contre le commerce illégal d’espèces sauvages

Traffic-Nouveau rapport: le rôle des peuples autochtones et des communautés locales dans la lutte contre le commerce illégal d’espèces sauvages

 


Le rapport de cette réunion est disponible en anglais (PDF, 1.4 MB) et en français(PDF, 1.5 MB).

 

 

Limbe, Cameroun—La réunion organisée à Limbe en février était focalisée sur le rôle généralement négligé des peuples autochtones et des communautés locales (PACL), les populations les plus affectées par le braconnage d’espèces sauvages et les crimes qui lui sont associés. 



Alors que les gouvernements du monde entier se préparent pour la dix-septième session de la Conférence des Parties de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES CdP 17) et les questions de comment favoriser le soutien des communautés locales pour la conservation, un nouveau rapport met en lumière la nécessité pour les PACL d'être un élément clé des stratégies de lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages.  


Globalement, le braconnage et le commerce illégal d’espèces sauvages déciment les populations d’espèces sauvages emblématiques telles que les rhinocéros et les éléphants ainsi que d’autres espèces moins connues. En Afrique centrale et occidentale, le commerce illégal d’espèces sauvages affecte surtout les éléphants, le bois, les grands singes, les pangolins, les oiseaux, les reptiles et les plantes médicinales.



Toutefois, malgré la reconnaissance au plus haut niveau de ce problème, jusqu’à présent les solutions ont mis l’accent sur le renforcement de l’application de la loi et la réduction de la demande des produits sauvages illégaux chez les consommateurs. Le rôle des peuples autochtones et des communautés locales vivant auprès des espèces sauvages continue d’être négligé. 



Pourtant, le commerce illégal d’espèces sauvages a un impact considérable sur ces populations affectées par l’insécurité et la destruction de moyens de subsistance et d’atouts économiques importants. Par ailleurs, elles ne profitent généralement pas des avantages découlant de la conservation. Ces communautés peuvent également être affectées par les mesures rigoureuses et militarisées prises à l’encontre de la criminalité liée aux espèces sauvages ; mesures qui font peu de distinction entre les activités illégales motivées par la recherche de profits énormes (crimes de cupidité) et celles motivées par la pauvreté (crimes de nécessité). 



Rosie Cooney, présidente du Groupe de spécialistes sur l’utilisation durable et les moyens d’existence de l’UICN a déclaré: « Les voix des personnes qui détiennent la solution aux problèmes de braconnage ne sont pas écoutées depuis bien trop longtemps. Cette réunion avait pour but de trouver des solutions à ce problème et de fournir une plateforme à ceux de la base afin qu’ils prennent la parole pour protéger leurs moyens de subsistance et leur avenir des menaces créées par le trafic d’espèces sauvages. » 

Parmi les délégués à cette réunion, il y avait un représentant de l’Alliance des peuples autochtones de la forêt du bassin du Congo. Ce dernier s’est appesanti sur la manière dont les peuples autochtones se retrouvent impliqués dans des activités illicites à cause de leurs compétences et de leurs connaissances par des personnes plus haut placées, mais ils sont les plus affectés par l’application de la loi. Il a relevé qu’il était nécessaire de mettre sur pied des initiatives efficaces contre le trafic d’espèces sauvages afin d’augmenter les avantages socio-économiques qui pourraient être tirés de la conservation pour les PACL, notamment à travers la gestion durable des ressources sauvages.



Roland Melisch, Directeur Afrique et Europe de TRAFFIC a déclaré: «  Il est nécessaire d’attirer l’attention sur des cas où l’utilisation durable des espèces sauvages profite aux communautés locales et les intègre aux activités de conservation et de protection contre les étrangers qui pourraient exploiter ces ressources dans leur seul intérêt ». 

La réunion portait sur des points précis: le rôle des PACL dans la surveillance des zones sauvages et celles des activités criminelles, et la nécessité de rendre la conservation plus profitable que la complicité avec les trafiquants dans l’exploitation de ces ressources pour ces derniers. Cet objectif est difficile à atteindre, mais plusieurs exemples ont démontré que lorsque les PACL ne sont pas inclus dans les efforts de conservation et ne la soutiennent pas, l’on obtient des échecs. 

« Sans le soutien des communautés locales dans la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages, même les efforts les plus ciblés et les mieux financés auront du mal à efficacement combattre ce type de criminalité » a affirmé Dilys Roe, coordonnatrice de l’équipe de biodiversité de l’Institut International sur l’Environnement et le Développement. 



Cette réunion a été organisée sous le patronage du Groupe de spécialistes de la CEESP/SSC sur l’utilisation durable et les moyens d’existence (UICN SUli), le Programme pour l’Afrique Centrale et Occidentale (UICN PACO), l’Institut International pour l’Environnement et le Développement (IIED), TRAFFIC et le Réseau pour l’Environnement et le Développement Durable en Afrique (NESDA - Cameroun). 

 

Pour d’amples informations, bien vouloir consulter: ICI

 

Biien vouloir télécharger les documents ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2022

Aucune actualité disponible.