Les Parlementaires se mobilisent pour le Processus FLEGT en Afrique Centrale

 

Au terme de deux jours de travaux, les participants à l’atelier d’information et de sensibilisation sur le rôle et la place des parlementaires dans le déroulement du processus FLEGT en Afrique Centrale ont pris des résolutions et formulé les recommandations  fortes qui boostent le processus FLEGT dans le Bassin du Congo

 

docs/doc_intern/GT COMIFAC/GTG/REPAR-CEEaC-FLEGT.jpgLibreville, Assemblée Nationale, 26 au 28 septembre 2012 – S’est tenu un atelier d’Information et de Sensibilisation sur le Rôle et la Place des Parlementaires dans le déroulement du Processus FLEGT en Afrique Centrale. Cet atelier a été organisé par la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), en collaboration avec le REPAR-CEFDHAC (Réseau des Parlementaires pour la gestion durable des Ecosystèmes Forestiers d’Afrique Centrale – Conférence des Ecosystèmes Forestiers Denses et Humides d’Afrique Centrale), le REPAR-GABON et le Ministère gabonais des Eaux et Forêts avec l’appui financier de l’Union Européenne.

 

L’objectif général de cette rencontre était de mieux préciser le rôle et la place des  parlementaires dans le Processus FLEGT (Forest Law Enforcement Governance and Trade ou Applications des Règlementations Forestières, Gouvernance et Echanges Commerciaux) afin de leur permettre de contribuer efficacement à la mise en œuvre de ce processus dans les Etats-parties.

 

Cet Atelier visait à atteindre les résultats suivants :

 

- les enjeux socioéconomiques et écologiques du processus FLEGT dans les pays du Bassin du Congo et ses implications pour la gestion durable des forêts sont bien connus par les parlementaires ;

- la place et le rôle des parlementaires dans la négociation et la mise en oeuvre du Processus FLEGT sont bien connus ;

- les expériences parlementaires dans la négociation et la mise en oeuvre du Processus FLEGT sont partagées ;

- les points focaux APV/FLEGT au sein de la coordination régionale et dans les différentes chambres du Parlement sont désignés ;

- un plan d’action des parlementaires sur le Processus FLEGT est élaboré et budgétisé.

 

L’atelier, présidé par M. Jean Jacques ZAM, Coordonnateur Régional du REPAR, co-présidé par M. Christian MAGNAGNA, Coordonnateur National du REPAR-GABON, a été modéré par M. Omer NTOUGOU du Gabon et Honoré TABUNA de la CEEAC.

 

Le Secrétariat Technique a été assuré par M. Ghislain Claude ASSEBE, Assemblée Nationale du Gabon  et M.  Joël Célestin MAMBOUNDOU, HCANEG Gabon.

 

Ont pris part à cet atelier, les Parlementaires des pays de l’espace CEEAC ci-après : Burundi, Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, RDC, RCA, Tchad, Sao tomé & Principe. Ont également participé à cet atelier : les Représentants des organisations internationales (FAO, PNUD, UNESCO, etc.), ceux de l’Union Européenne, ceux du secteur privé (UFIGA, etc.) et ceux de la société civile (Brainforest, Nyanga Tour, HCANEG, etc.).

 

Au terme de  deux jours de travaux, les participants à l’atelier d’information et de sensibilisation sur le rôle et la place des parlementaires dans le déroulement du processus FLEGT en Afrique Centrale ont pris des résolutions et formulé les recommandations dont les principales sont :

 

RESOLUTIONS :

 

- Les participants incitent les pays de l’espace CEEAC non producteurs et producteurs de bois à accroître la sensibilisation et le partage d’information pour une plus grande coordination des efforts autour du processus FLEGT en Afrique centrale ;

- Les Parlementaires ont pris acte de l’importance du processus APV/FLEGT dans la mise en oeuvre de la bonne gouvernance en Afrique Centrale et des APE pour le libre échange des produits avec l’Union Européenne et sont résolus à s’impliquer dans leur mise en oeuvre au niveau national ;

- Les participants encouragent vivement les Autorités gabonaises à reprendre les négociations en vue de la mise en oeuvre du FLEGT dans le souci d’assurer une

meilleure coordination des efforts au niveau sous-régional en matière de gestion durable des forêts reconnus par le monde entier.

 

RECOMMANDATIONS :

 

Les participants à cet atelier recommandent :

 

AUX PARLEMENTAIRES :

 

- de veiller à internaliser le processus FLEGT dans les lois nationales ;

- d’échanger des informations entre parlementaires et au sein des REPAR ;

- de participer aux négociations sur le processus APV/FLEGT et suivre l’action du gouvernement par rapport au respect des engagements vis-à-vis du FLEGT ;

- de faire des propositions de lois visant à intégrer de tels processus de gouvernance bio-ressources dans les législations nationales ;

- de mettre en place au sein de chaque REPAR national un Secrétariat Permanent et des outils fiables de capitalisation des données sur les processus suivis par les parlementaires ;

- de restituer dans toutes les Chambres les résultats de cet atelier.

 

AUX ETATS :

 

- de pérenniser les financements dans les pays d’Afrique Centrale pour la mise en oeuvre du processus APV/FLEGT en inscrivant des dotations budgétaires suffisantes dans les lois de finances ;

- de mettre en oeuvre les engagements internationaux pris dans le cadre de la gouvernance forestière et environnementale ;

- d’exhorter les pays de la CEEAC non producteurs et producteurs de bois à s’engager dans le processus FLEGT pour une meilleure coordination de la politique sous-régionale en matière de gestion durable des ressources naturelles ;

- d’adapter leurs outils juridico normatifs de gestion forestière aux exigences de la donne actuelle.

 

 

A LA CEEAC / COMIFAC :

 

- de renforcer les capacités des parlementaires et des autres parties prenantes au processus APV/FLEGT pour leur implication effective dans la négociation et la mise en oeuvre du processus ;

- d’organiser à Libreville une Conférence des Parlementaires ACP sur l’accélération de la mise en oeuvre du processus FLEGT ;

- de coordonner toutes les initiatives liées à la REDD+ en Afrique Centrale, prenant en compte la question de la lutte contre l’exploitation illégale du bois dans tous les pays ;

- de développer et mettre à la disposition des pays des normes harmonisées d’intervention en milieu forestier ;

- de faciliter la mise en place d’outils de collecte, de production et de diffusion des données sur le processus FLEGT dans chaque pays ;

- de mettre en place les règles, procédures et dispositifs institutionnels de terrain ainsi que les informations échangeables relatifs au bois en transit, afin d’assurer la fluidité de la circulation du bois légal en Afrique centrale ;

- de développer et promouvoir le marché sous régional du bois ;

 

A LA COMIFAC :

 

- de diffuser et mettre en application la convention sous régionale de contrôle forestier adopté par le dernier conseil des ministres de la COMIFAC à Brazzaville.

 

Pour de plus amples information, bien vouloir télécharger le Communiqué final

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2021

Aucune actualité disponible.