RAPAC: L’Afrique centrale vibre au rythme de la journée internationale des zones humides (2010)

 

docs/news/nov-dec2009/1232092386-zone_humide-Gabon.jpgLa 13ème Journée Mondiale des Zones Humides a été célébrée le Mardi 02 février 2010 dans la quasi-totalité des pays du Bassin du Congo. Au Cameroun, c'est le Ministre de l'Environnement et de la Protection de la Nature, Son Excellence Helé Pierre, qui a donné le ton des festivités au palais des Congrès de Yaoundé. Dans l'ensemble, cette journée mondiale instituée en 1997 a été une occasion d'informer et de sensibiliser les gouvernements, les communautés locales, la société civile sur les valeurs, les fonctions et l'importance de ces écosystèmes hautement riches et les enjeux liés à leur préservation et leur gestion sur la problématique des changements climatiques (Photo à gauche: gaboneco.com).

 

Les zones humides peuvent constituer un moteur de lutte contre le changement climatique en Afrique centrale. Les zones humides, territoires de transition entre la terre et l'eau, constituent un patrimoine naturel irremplaçable et remplissent des fonctions «d'infrastructures naturelles» inégalables. En Afrique centrale, ces sites disposent d'une grande diversité biologique, avec des espèces endémiques et rares de faune et de flore, qui est pour la plupart inconnue dans certains endroits. Outre le fait de constituer d'importants réservoirs de biodiversité, les zones humides remplissent donc de nombreuses fonctions économiques, sociales et environnementales et ont un impact important sur la santé humaine. Le bon état de « santé » de ces zones humides aura donc un impact positif sur la santé de ses habitants. Inversement, la dégradation ou la disparition des zones humides s'accompagnera de la disparition de ces fonctions fondamentales pour l'homme.

 

Les zones humides en Afrique centrale font face au danger du dessèchement provoqué par la sécheresse, liée au changement climatique, généré, du fait des phénomènes naturels et des activités anthropologiques. D'autres menaces qui pèsent sur les zones humides en Afrique centrale sont entre autres: la pollution, la surexploitation de leurs ressources, les espèces envahissantes aquatiques, la dégradation de la biodiversité et l'appauvrissement des espèces de poissons, la dégradation de la qualité de l'eau, l'urbanisation, et la croissance démographique. En dépit de la reconnaissance grandissante des avantages des zones humides et des conséquences pour l'humanité de leur dégradation, les informations relatives aux zones humides sont éparses dans les pays d'Afrique centrale. En effet, très peu de pays disposent des données relatives à la localisation, la superficie, la diversité biologique des zones humides de leur territoire et de l'utilisation actuelle ou potentielle de ces ressources. Pourtant, en l'absence de ces informations capitales, il est illusoire de mettre en place des actions visant leur conservation et leur gestion durable au profit des populations locales. Les pays d'Afrique centrale ont par ailleurs ratifié la convention Ramsar, mais sa mise en œuvre est confrontée à la faible connaissance sur la distribution des zones humides et la richesse biologique, ainsi que les utilisations actuelle et potentielle par les populations locales.

 

Du point de vue des changements climatiques, les zones humides sont d'importantes zones de stockage (puits) du carbone. Selon la définition générale des zones humides par Ramsar, cette capacité équivaut à 40 pour cent du carbone terrestre mondial. Les tourbières et les zones humides boisées sont des puits de carbone particulièrement importants. Bien qu'elles ne couvrent que trois pour cent de la superficie émergée de la planète, on estime que les tourbières stockent plus de 25 pour cent du carbone contenu dans les sols. Dans les zones où les zones humides sont dégradées, elles constituent déjà une importante source additionnelle de carbone atmosphérique, alors que leur restauration/réhabilitation peut offrir un retour sur investissement 100 fois plus élevé que celui proposé par les autres solutions de lutte contre le carbone. Un peu partout dans le monde, les zones humides sont maintenant considérées comme des écosystèmes «instantanés» susceptibles d'apporter de nombreux avantages.

 

D'où le thème de la célébration de la journée internationale des zones humides en 2010 : «prendre soin des zones humides, une solution au changement climatique». Ceci une fois de plus dénote de l'importance de ces sites dans la lutte contre fléau, qui occupe une place grandissante dans toute l'actualité environnementale en Afrique centrale et dans le monde entier.

 

L'UICN en Afrique centrale travaille pour améliorer les connaissances de tous les acteurs d'abord sur l'importance de ces sites en tant que zone de conservation de la biodiversité, et leur potentiel dans la lutte contre le changement climatique ; également encourager et accompagner les états dans la protection de ces sites d'importance en les faisant classer site Ramsar et en élaborant des Plan de Gestion pour elles par la suite.

 

Article adapté de l'Écrit du Secrétariat Exécutif  du RAPAC

 

Dans la presse :

 

AfricaNews - Célébration de la  Journée Mondiale des Zones humides (JMZ)

 

CRTV  - Journée mondiale des zones humides : informer pour mieux préserver

 

Le Jour - Environnement : Le Cameroun préoccupé par ses zones humides 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2021

Aucune actualité disponible.