Réévaluer la diversité tropicale

 

 

Pourquoi défricher de vastes étendues de forêt tropicale, abritant jusqu’à 75 000 espèces d’arbres au kilomètre, pour les remplacer par une seule espèce de palmier à huile ? Pourquoi les gardiens d’une grande quantité de savoirs culturels sont-ils forcés de vivre dans la pauvreté en marge de la société ? La réponse courte est qu'il existe une énorme différence entre la valeur intrinsèque de la diversité des tropiques et sa valeur économique actuelle. L'entreprise détruit la diversité quand elle ne la valorise pas. Le gouvernement ne peut pas à lui seul stopper cette perte - nous devons lutter contre le feu et créer des modèles commerciaux innovants qui changent les motivations des décideurs tropicaux. Nous devons créer des revenus en soutenant et non en détruisant la diversité tropicale.

 

 

Les tropiques constituent la partie la plus diversifiée biologiquement et culturellement de notre planète. Les forêts tropicales représentent 7 % de notre territoire mais contiennent la moitié des espèces du monde. Les récifs coralliens occupent moins de 1 % du plancher océanique mais contiennent 25 % de la vie marine. Tout comme les tropiques sont la maison du trésor des formes uniques de la nature, ils abritent également la grande majorité de la diversité des cultures humaines - la plupart de la diversité linguistique du monde se produit en deux parties du monde : l’Afrique occidentale et centrale et dans une région allant de l’Inde, au Pacifique, en passant par l’Asie du Sud-est, avec 3 929 langues. Cette diversité biologique et culturelle parallèle - ou diversité bioculturelle - est la marque de la région la plus précieuse de la terre.

 

 

Cependant, nous savons que cette diversité incroyable s'amenuise rapidement. Déjà, la moitié de nos forêts tropicales ont été défrichées, et 40 % des espèces de forêt tropicale devraient disparaître au cours du prochain siècle. L’extinction culturelle se produit parallèlement à l’extinction biologique, avec la disparition prévue de 90 % des langues actuellement parlées d'ici 2050. Cette perte sur deux fronts dépend de la façon dont le profit est réalisé dans les tropiques - il est payant de défricher la forêt et de vendre des produits de la faune, tandis que les incitations au maintien du savoir traditionnel sont perdues, car il ne soutient plus les individus dans un monde capitaliste.

 

 

En savoir plus...

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2021

Aucune actualité disponible.