GRASP News : La Base de Données sur la Confiscation des Grands Singes révèle la portée réelle du commerce illégal

 

 

Plus de 1800 grands singes ont été confisqués d’un trafic illicite d’êtres vivants qui était passé inaperçu pendant plus d’une décennie, mais il a désormais été confirmé par la Base de Données sur la Confiscation des Grands Singes présentée lors de la Conférence des Parties sur le Espèces Menacées (CITES) de la 17ème Convention sur le Commerce International, le 29 septembre à Johannesburg en Afrique du Sud.

 

Les enregistrements des confiscations présents dans la base de données remontent à 2005, et incluent tous les retraits de grands singes de situations irrégulières. Les confiscations ont été enregistrées dans 23 nations, dont près de la moitié sont des états d’Asie, d’Europe et du Moyen-Orient n’appartenant pas à l’aire de répartition.

 

Plus de 90 pourcent des confiscations se sont produites au sein des frontières nationales et n’ont donc pas été enregistrées dans les bases de données du commerce illégale les plus utilisées et gérées par la CITES et d’autres agences de règlementation. Par conséquent, le commerce des grands singes menacés et gravement menacés était largement sous-déclaré.

 

La Base de Données sur la Confiscation des Grands Singes a été créé par le Partenariat pour la survie des grands singes (GRASP), en collaboration avec le Centre de surveillance de la conservation de la nature du Programme des Nations unies pour l’environnement (UNEP-WCMC). Ses données saisies proviennent de la grande coalition de GRASP avec 105 gouvernements nationaux, des institutions de recherche, des organisations pour la conservation et des agences des Nations Unies, qui ont ensuite été vérifiées par un groupe technique consultatif.

 

« Tout commerce illégal de grands singes – qu’il franchisse les frontières internationales ou non – doit être considéré comme une véritable menace à la survie de ces espèces menacées » a déclaré le Directeur Exécutif du Programmes des Nations Unies pour l’Environnement, Erik Solheim. « J’ai récemment visité Bornéo et j’ai pu découvrir par moi-même l’incroyable pression que subissent les orangs-outangs à cause de la perte de leur habitat, et les grands singes africains sont également stressés. Le commerce illégal peut uniquement les pousser vers cette extinction encore plus proche, et ceci doit cesser. »

 

Les orangs-outangs représentent 67 pourcent de toutes les entrées dans la Base de Données sur la Confiscation des Grands Singes, la plupart chassés des forêts et facilement absorbés par le commerce illégal d’animaux de compagnie à cause de l’expansion massive des industries agricoles, telles que l’huile de palme et l’industrie papetière à Bornéo et Sumatra. Les chimpanzés sont les suivants avec une représentation de 24 pourcent, suivis par les gorilles (6 pourcent) et les bonobos (3 pourcent) également affectés.

 

« Depuis trop longtemps, le commerce illégal des grands singes était anecdotique et donc difficile à juger en termes d’échelle et de portée » a déclaré Doug Cress, Coordinateur du programme GRASP. « Mais grace à la Base de Données sur la Confiscation des Grands Singes, les nombres sont désormais clairs. Nous sommes en mesure d’identifier rapidement les régions concernées d’Afrique ou d’Asie, ou de reconnaître que des espèces gravement menacées font face à un grand danger. »

 

Les informations recueillies par le biais de la Base de Données sur la Confiscation des Grands Singes seront utilisées afin de soutenir les efforts de surveillance et d’application des lois contre les crimes environnementaux, un marché de 23 milliards de dollars qui menace les éléphants, les rhinocéros, les pangolins, les arbres et d’autres espèces menacées.

 

« Le Centre de Surveillance de la Conservation de la Nature du Programme des Nations Unie pour l’Environnement est heureux d’être en mesure d’apporter son expertise en termes de gestion des données afin de bénéficier à la conservation des grands singes » a déclaré le Directeur de l’UNEP-WCMC, Neville Ash. « Pour la première fois, des données solides et vérifiées captureront la nature unique du commerce illégal des grands singes, et nous sommes impatients que ces données soient utilisées pour informer au sujet de la conservation des grands singes dans le futur. »

 

Pour d’amples informations, bien vouloir consulter: ICI

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2022

Aucune actualité disponible.