Le Projet GIZ COMIFAC appuie les réseaux de la CEFDHAC dans l’élaboration de leurs stratégies !

 

 

Pour une participation multi-acteurs efficace aux prises de décision

Deux documents de stratégie des réseaux de la CEFDHAC ont été élaborés et validés à travers un processus participatif et inclusif au sein de chaque réseau concerné grâce aux différents appuis du Projet régional GIZ COMIFAC.

 

Le rôle de la société civile joué par la CEFDHAC et ses réseaux, où toutes les couches de populations d’Afrique Centrale sont représentées, et la pertinence de la CEFDHAC dans le paysage institutionnel de la sous-région, montrent l’importance du développement des stratégies des réseaux afin de renforcer la performance et la contribution de la société civile dans les questions socio politiques et économiques de portée environnementale pour l’amélioration des conditions de vie des populations de la sous région. Cette action s’inscrit en droite ligne avec le Projet Régional GIZ d’Appui à la COMIFAC dont l’objectif de son volet 4 vise une participation plus effective des représentants de la société civile à l’élaboration des stratégies et des politiques.

 

La situation des Peuples autochtones et communautés locales (PACL) reste précaire dans l’ensemble des pays membres de la COMIFAC, du fait d’une insuffisante prise en compte et même d’une méconnaissance de leurs problématiques, dans les documents de politique environnementale, économique, sociale et culturelle des Etats. Dans la même optique, force est de constater que les femmes sont souvent mises en marge des processus de négociation et de décision relatives au développement durable, confinées à la seule application des mesures ne prenant pas toujours en compte leurs réelles préoccupations.

 

Au regard de tous ces constats, comment le Réseau des Peuples autochtones et communautés locales d’Afrique centrale (REPALEAC), le Réseau Femmes Africaines pour le Développement Durable (REFADD), peuvent-ils contribuer à améliorer cette situation des groupes vulnérables, participer aux prises de décisions et à la mise en œuvre des politiques et ainsi à l’amélioration de leurs conditions de vie ?

 

En effet, dans le cadre du Projet Régional GIZ d’appui à la COMIFAC et son appui à la société civile à travers la CEFDHAC, un diagnostic organisationnel et institutionnel de la CEFDAHC a été réalisé et une des recommandations de ce diagnostic était d‘accompagner la CEFDHAC et ses réseaux dans un vaste processus de développement organisationnel. C’est fort de cette recommandation que le Projet GIZ sur la demande des réseaux à travers la CEFDHAC, a accompagné le REPALEAC, le REFADD, dans le processus de développement de leurs stratégies. Ces documents sont des cadres de référence stratégiques pour la priorisation des interventions des autochtones et des femmes devant orienter la mise en œuvre de leurs plans d’actions. Ces documents constituent aussi la contribution de ces réseaux à la mise en œuvre du Plan de Convergence de la COMIFAC.

 

 « La participation paritaire dans la gestion durable des ressources naturelles contribue à l’amélioration effective des conditions de vie de toutes les populations d’Afrique Centrale » telle est la vision définie par les femmes du REFADD dans leur stratégie pour la période allant de 2017 à 2025. Cette stratégie est articulée autour de trois axes prioritaires et d’un axe transversal. Le premier porte sur la promotion de l’intégration effective de la dimension/approche genre dans les politiques et programmes de développement durable en Afrique Centrale. Le deuxième axe porte sur la communication, l’information, la sensibilisation et l’éducation des femmes d’Afrique Centrale sur l’importance de leur implication dans la gestion durable des ressources naturelles. Quant au troisième axe prioritaire, il met l’accent sur le développement de l’entreprenariat et de l’autonomisation des femmes d’Afrique Centrale conformément aux exigences du développement durable. Pour ce qui est de l’axe transversal, il porte sur la consolidation de l’engagement du REFADD dans la promotion et la défense des intérêts des femmes d’Afrique Centrale en vue de leur participation dans toutes les actions de développement durable.

 

La stratégie du REPALEAC quant à elle, définie pour la période allant de 2017 à 2025, part d’une vision (une Afrique centrale qui valorise et conserve la nature avec la contribution des peuples autochtones et communautés locales) et s’articule autour de quatre axes prioritaires et un axe transversal ci-après : (1) la sécurisation des terres, territoires et ressources naturelles des PACL ; (2) la participation des PACL aux décisions touchant à l’accès et à la gestion durable des terres, forêts et des ressources naturelles aux niveaux local, national et international, (3) l’augmentation et consolidation des bénéfices économiques durables des PACL tirés de la gestion durable des ressources naturelles et de la forêt ; (4) l’Amélioration des conditions de vies des PALC et (5 axe transversal) Défendre les intérêts des PACL en Afrique Centrale.

 

En effet, ces documents de stratégies définissent d’abord la vision, le but et les valeurs de chaque réseau. Par la suite, ils présentent les axes stratégiques autour desquels sont adossées des objectifs stratégiques et opérationnels. Pour chaque objectif opérationnel, des résultats sous forme d’effets et de produits sont définis et des indicateurs de suivi identifiés. Le cadre de mise en œuvre présente les arrangements institutionnels qui font état des rôles et des responsabilités des différentes parties prenantes du cadre stratégique et enfin le mécanisme de suivi-évaluation axé sur les résultats en vue d’assurer non seulement la réalisation des activités du cadre stratégique, mais aussi leur suivi conformément aux objectifs et attentes des différents acteurs et des bénéficiaires.

 

Notons que tous ces processus d’élaboration des stratégies se sont effectués de manière participative et inclusive au sein de chaque réseau conformément à l’horizon temporel du Plan de Convergence révisé de la COMIFAC. Les mêmes processus sont en cours avec le Réseau des jeunes leaders pour les forêts d’Afrique centrale (REJEFAC) et le Réseau des Parlementaires pour la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique centrale (REPAR).  

 

Ces documents de stratégies rentrent en droite ligne des attentes communes des bénéficiaires et des partenaires techniques et financiers, par rapport aux différentes perspectives relatives à l’accompagnement de la société civile à travers la CEFDHAC en Afrique Centrale dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de Convergence.

Chantal EDOA

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2021

Aucune actualité disponible.