ADIAC-Congo: "La lutte concertée contre le crime sur la faune et la flore en Afrique."

 

Afin de relever les défis liés à l’exploitation illégale du bois et au commerce illicite de la faune sauvage, les administrations engagées devront davantage travailler en synergie. Il s’agit des écogardes, de la Police, la Justice, la Gendarmerie,  la Douane et la Marine.

Le directeur de l’équipe spéciale de l’accord de Lusaka, Bonaventure Ebayi, l’a rappelé à ces différents corps de métiers, le 28 août à Brazzaville, à l’occasion d’une réunion d’échange qu’ils ont eue sur le thème de "La lutte concertée contre le crime sur la faune et la flore en Afrique."

Les rapports et statistiques, publiés ces deux dernières décennies par les Organisations internationales, Agences des Nations unies ainsi que les médias, révèlent une situation très alarmante causé par ce crime à travers le monde. Ces cinq dernières années par exemple, l'Équipe spécilae de Lusaka a enregistré 90 cas de saisies importantes dont 74 ivoires d’éléphants et 82 cornes de rhinocéros. En outre, les derniers rapports du programme de suivi des abattages illégaux d’éléphants ont également démontré qu’en Afrique, 17000 éléphants auraient été abattus en 2011, 15000 en 2012 et 14000 en 2013.

 « La complexité actuelle du braconnage notamment d’espèces protégées comme l’éléphant, le rhinocéros, le gorille, le chimpanzé ainsi que le trafic de leurs spécimens et produits restent un défi majeur auquel nous sommes tous confrontés », a déclaré le directeur de l’Équipe spéciale de l’accord de Lusaka.

 

Quelles mesures sont préconisées ?

Pour faire face à ces problèmes, les pays membres devraient selon lui, préciser les domaines d’action prioritaires, les structurer, les planifier puis définir  leur mode d’exécution. Les mandats respectifs d’institutions et des personnes habilités en la matière, la coopération bilatérale, la collaboration inter-service et intersectorielle devraient de même être respectés. Rassurant l’engagement du Congo à participer à ce combat, le directeur de cabinet du ministre de l’Économie forestière et du développement durable, Michel Elenga, a indiqué que le Congo organisera l’année prochaine, avec l’appui de la Communauté internationale, une conférence internationale sur la problématique. L’objectif  étant d’éveiller  les consciences des parties prenantes de cet accord  à lutter efficacement contre le trafic des produits de la diversité biologique.

Il convient de rappeler, a-t-il ajouté, que "chaque État dispose d’un arsenal juridique et institutionnel qui garantit la conservation des ressources  naturelles. Le problème qui se pose à ce jour, se trouve à deux niveaux. Le premier est rattaché à l’insuffisance  des moyens techniques et financiers, le second concerne par contre le degré de conscience et de considération que chacun de nous accorde aux questions de conservation de la nature ».

 

Adopté en 1999, l’accord de Lusaka est un partenariat multilatéral signé en Zambie au terme d’une conférence ministérielle tenue sous les auspices du Programme des Nations unies pour l’environnement. Il vise l’exécution par les parties prenantes des activités susceptibles de réduire et même éliminer ce commerce illicite en Afrique. À ce jour, neuf pays sont membres dont le Congo. Bien d’autres États poursuivent leurs processus d’adhésion.

 

Pour en savoir plus, bien vouloir consulter le lien ci-après: ICI

 
Auteur: Lopelle Mboussa Gassia

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le Ministre Raymond Mbitikon de la République centrafricaine : Nouveau Co-Facilitateur de la République fédérale d'Allemagne du PFBC

C’est à Fafara ( Bimbo) en République centrafricaine que le nouveau Co-Facilitateur du PFBC voit le jour en 1951. Son cursus scolaire va être couronné par l’obtention entre autres d’un diplôme d’Ingénieur des Techniques Forestières et d’un Certificat des Techniques et Gestions des Projets de Développement.

En savoir plus...

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020